Formation de conte

Raconter c’est un conteur, une histoire et un public. C’est en fait l’histoire de ces trois-là à un moment précis. Le fameux « Il était une fois ».

Pour qu’existe une histoire il faut que le conteur lui donne sa voix, son corps, sa chair et son imaginaire. Pour que le public se sente vivant et reçoive l’histoire il faut que le conteur entre en relation avec lui et avec l’histoire.

C’est un art de la relation.

Pendant ce stage nous approcherons l’histoire, sa structure, son genre, ses secrets et ses trésors.

Nous approcherons la relation que le conteur a avec l’histoire : Pourquoi celle-là et pas une autre ? Comment va-t-il la raconter ? Comment passer de l’écrit à l’oral ? Qu’est-ce que l’oralité ? Des images, des dialogues mais aussi des gestes, le corps, la voix, les sons, le chant, le rythme.

Nous approcherons la relation avec le public. Raconter l’histoire et en même temps écouter le public, lui répondre, le sentir. Tant il est vrai qu’une histoire prend vie au moment de sa rencontre avec lui.

L’art du conte est riche et multiple. C’est en cela qu’il est passionnant à découvrir.

Les contes ont beaucoup cheminé pour arriver jusqu’à nous. Ils ont été portés par infiniment de voix. A nous de cheminer encore avec eux et de leur prêter nos voix.


Formation de clown

La rencontre avec notre clown est toujours un moment fort. 

Il nous met face à toutes nos potentialités créatrices, qu'elles soient comiques ou tragiques, car chez lui le comique frôle de près le comique. 

Entrer dans le regard décalé du clown permet de poser, sur les choses, un regard neuf. 

Ce que nous voyons alors de la réalité nous transforme et, paradoxalement, nous révèle notre monde personnel. 

Une fois trouvé, il est rare qu'il nous quitte. 

Le clown est en relation directe avec le public, il respire avec lui.

Il naît en entrant sur scène. 

En cela, l'expérience vaut vraiment la peine.

A travers des exercices et des petits morceaux de créations, nous explorerons cette terre inconnue et pourtant si familière où respire votre clown. 

L'idée est de repartir avec un petit morceaux de l'univers de votre clown : un petit numéro (ou un grand !), peut être juste une chanson, un poème..

Mais de l'avoir fait vraiment naître soi-même.